Etat d’urgence: « lutter contre le terrorisme c’est lutter contre ce qui l’engendre »

Ce matin a été examiné à l’Assemblée nationale le Projet de loi sur la prorogation et le renforcement de l’efficacité de l’état d’urgence, suite aux attaques subies par Paris la semaine dernière.

Dans la lignée de mon discours de lundi au congrès, je suis intervenue au cours du débat pour expliquer pourquoi tous les points de vue doivent être respectés en cette période difficile pour notre pays. Et pourquoi mon vote pour la prolongation de l’Etat d’urgence n’est pas un blanc seing et ne vaut pas quitus.

Intervention de Cécile Duflot
Le 19 novembre 2015

Dans les heures difficiles que nous traversons, l’unité est notre force. Celle-ci doit puiser dans ce qui fonde notre pacte commun.

Il nous est demandé de proroger de 3 mois l’état d’urgence. La gravité de la question posée mérite que tous les points de vue soient respectés. En particulier, qu’on ne cherche pas à faire taire les voix des vigies qui nous alertent sur les risques démocratiques encourus. Au contraire, qu’on les écoutions attentivement pour mesurer que nous avançons sur une corde raide.

La France est encore sous le choc. Nous devons nous protéger sans nous renier, de nous défendre sans nous trahir, de nous battre sans nous perdre.

L’amour de la démocratie et de nos libertés est précisément ce qui nous oppose si radicalement à l’ennemi qui a juré notre perte.

Pour ma part, je voterai cet article 1 et la prolongation de l’Etat d’urgence parce que j’estime en conscience que les évènements nous y contraignent, et que je veux que les moyens nécessaires s’appliquent sans délai dans notre lutte contre la menace qui nous frappe. Sans délai mais avec une limite, ferme. Disons les choses nettement: l’état d’urgence temporaire ne saurait ouvrir la voie à l’état d’exception permanent. Notre vote n’est donc pas un blanc seing. L’acceptation de la prolongation de l’état d’urgence ne vaut pas quitus. Elle s’inscrit dans un contexte précis et ne vaut que pour celui ci. Le contrôle parlementaire de l’état d’urgence est nécessaire et tout doit être fait pour en sortir au plus vite.

Si nous voulons sortir vainqueurs de ce combat nous ne pouvons nous limiter aux indispensables mesures policières. Parce que « lutter contre le terrorisme c’est lutter contre ce qui l’engendre » selon les beaux motsde Germaine Tillion, l’esprit de résistance nous rappelle que nous devons refuser la division, que notre sécurité dans la durée et la défense de nos valeurs passent par l’affirmation de nos croyancesdans l’éducation, l’humanisme et la culture comme vecteur de lutte contre la barbarie, dans la société et ici aussi au Parlement.