Le chemin de croix de la transition

La loi de transition énergétique était très attendu par les écologistes. Imaginez ! La stratégie énergétique de la France n’avait jamais été discuté démocratiquement avant cette loi. Enfin, elle vient d’être votée à l’Assemblée et va désormais être discutée au Sénat.

Avec 4 ministres de l’environnement successifs, ce projet de loi a mis du temps à arriver sur la table.

Tout a commencé par 2 ans de concertation via la Commission nationale sur la transition énergétique et le Conseil économique, social et environnemental qui rassemblent diversement des élus, des ONG, des syndicats et des chercheurs.

Ségolène Royal a présenté un projet de loi synthétique le 30 juillet 2014 en conseil des ministres.

A l’Assemblée, nous avons travaillé le texte en deux temps :

– d’abord au sein d’une commission spéciale où je représentais le groupe écologiste avec mon collègue Denis Baupin, rapporteur du texte

– ensuite, en séance dans l’hémicycle de l’Assemblée où le groupe écolo a joué collectif pour faire adopter un maximum d’amendements.

Nous avons notamment défendu et obtenu:

– un objectif d’efficacité énergétique dès 2030, c’est à dire l’objectif de réduire la consommation énergétique de 20 % dès 2030. Le texte du gouvernement proposait uniquement un objectif de réduction de ces consommation de 50 % pour 2050

– un critère de décence énergétique des logements pour que l’accès à l’énergie et au chauffage soit un droit pour tous

– l’interdiction des sacs plastiques

– la création du délit d’obsolescence programmée

– l’obligation de transparence sur le coût et les risques nucléaires et des consultations publiques pour toute prolongation de centrale nucléaire en activité au-delà de 40 ans

Nous travaillons maintenant à ce que la transition énergétique trouve ses financements.

Pour aller plus loin, vous pouvez retrouver une synthèse des textes et des débats réalisée par le groupe écolo